L’ethnicité : un mot dangereux pour notre pays ! / par Dr Abdellahi Ould Nem

Le  grand  danger  qui  menace  notre  pays, n’est  ni  la  pauvreté  ou  la  maladie, mais  la  résurgence  et  la  récurrence  de  l’allégeance  ethnique  et  nationaliste   dans  notre  vie  politique.  Cette   grille  d’analyses  indissociable  d’une  vision  primitiviste,   misérabiliste  et   clientéliste   de  la   Mauritanie  refait    dangereusement  aujourd’hui  surface.  Ses  échos  qui  suscitaient  hiermépris  et  rejet, deviennent  paradoxalement   aujourd’hui  plus   audibles   à  la  faveur  de  leur  instrumentalisation  effrénée  facilitée  par l’élargissement  de  l’espace    médiatique  et  du  climat  des  libertés  individuelles  et  collectives  que  connait  la  Mauritanie.

Certes, l’ethnicité  existe  comme  continuité  du  moment  colonial  à  travers  la  perpétuation  du  territoire  politique  de  l’Etat  mauritanien   avec  ses  frontières  factices  où  cohabitent  différentes  nationalités  ou  ethnies,  à  l’instar  des  autres  pays  de  la  région.  Cependant,  cette  diversité  culturelle  est  restée   fortement   renforcée    par    l’appartenance  commune  à  la  même  religion,  l’Islam, et  au  désir   naturel  et  ardent   de  cohabitation  de  tous   les  mauritaniens, nonobstant  leur  ethnie.

Mais   aujourd’hui ,   cette  diversité  ethnique  et  culturelle,  toujours   source   de   vitalité  et  de  dynamisme  pour  un  pays,  est  exploitée,   instrumentalisée    sous  le  signe  de  l’identitarisme  le  plus  abject,  par  un  petit  cénacle  d’extrémistes  mus  exclusivement  par  leurs  intérêts personnels  ou   téléguidés  par    certains  milieux  extérieurs   à  chaque  fois  que  de  besoin ; quitte  pour  cela  à  jouer  aux  apprentis  sorciers, en  divisant  le  peuple   en  puisant   leur  discours   et  leur  propagande   dans  les  breuvages   de  l’ethnie. 

Pourtant, les  conséquences   dramatiques  des   nombreuses  crises   inter-ethniques   qui  constellent  la  région   aujourd’hui  doivent  nous  dissuader  de  tirer    les  leçons  poignantes   de  ces    guerres  civiles  intestines  qui  sont  en  train  de  détruire , ou  ont  déjà  détruit, toute  possibilité  de  vie  civile  en  commun  dans  des  pays  frères  et  amis, en  semant  la  haine  et  la  division  au  sein  d’un  même  peuple, d’un  même  pays, sous  le  signe  de  l’exaltation  rétrograde  de  l’identitarisme. Elles  doivent  au  contraire  nous  inciter  à  dépasser  le  référent  ethnique  par  essence  sectaire  et  obtus,   toujours  délétère   pour  notre  unité  nationale,   afin  de  nous  doter  d’une  vision  politique   moderne   capable  de   transcender   toutes  les  formes   de  division  stérile, ethnique  ou  politique.

Une  vision  politique  qui  n’occulte   aucunement   les  problèmes   que  nous  avons  hérité  comme  les  lignes  de  fracture  de  l’inégalité  sociale  amassées  depuis  des  lustres ,  les  problèmes  culturels   légués  par  la  colonisation  et   ceux   inhérents   à  tous   les    pays  en  voie  de  développement.

Bien  au  contraire, une  vision   qui    doit    chercher  à  tous  ces  problèmes    les  solutions  appropriées,  sans  passion  ni  idées  préconçues,  en  se  parlant  et  en  s’écoutant  tous. Une  vision  qui  déconstruit  l’ethnie  et  construit  un  Etat  moderne,   qui  unit  au  lieu  de  diviser,  qui  renforce  davantage  l’unité  nationale, l’âme  de  notre  peuple, qui  tire  tous  les  enseignements  de  ce  qui   se  passe  autour  de  nous. Et  qui  compare  objectivement  la  situation  de  la  Mauritanie  avec  celle  des  pays  frères  présentant  les  mêmes  caractéristiques  que  le  nôtre,  pour  renforcer  les  acquis   obtenus   et   pallier, le  cas  échéant,  aux   insuffisances  inhérentes  à  une  œuvre   humaine   aussi  exaltante. Il  est  incontestable   que  d’importants  acquis   ont  été  obtenus  dans  cette  voie.

 Le règlement  de    l’épineux  problème  du  « passif  humanitaire »  dans  la  concorde  et  la  fraternité  telles  qu’édictées  par  les  préceptes  de  notre  sainte  religion, l’Islam ;  un  règlement   obtenu   à  la  satisfaction  générale  de  notre  peuple qui  nous  a  permis  de    retrouver   notrevitalité  culturelle  d’antan   comme  un  même  peuple  uni  dans  la  diversité  et  divers  dans  son  unité.  Il  y’a  certainement  des  cas  isolés  qui  mériteraient  d’être  réglés   au  cas  par  cas,  mais  c’est   l’exception  qui  confirme  la  règle.

Une  Mauritanie  qui   est  aussi  résolument  engagée  aujourd’hui  à  lutter  contre  les  séquelles  des  inégalités  sociales  héritées  de  notre  histoire  par  l’édification  d’un  Etat  moderne, démocratique,  égalitaire ,  garant  des  droits  de  tous  ses  citoyens.

Une  Mauritanie  qui  n’est  pas  une  simple juxtaposition, une  fédération  d’ethnies,  mais   avant  tout  un  système  de  valeurs  et  d’obligations  pour  les  citoyens, une  vision  partagée,  un  contrat  pour  un  vivre  ensemble  et,  par  conséquent,  un  combat   sans  merci  contre  les  comportements  sectaires  et  l’exaltation  des  particularismes  diviseurs, source  de  dérives  identitaires et  de  confrontation    où  la  Mauritanie  sacrifierait  son  héritage  séculaire, compromettrait  son  avenir  et  perdrait  même  son  âme.  

 

Docteur   AbdallahiOuld   Nem

 

 

 

 

 

 

 

 

 

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur