Le parti Tawassoul, un suivisme idéologique aveugle ! / Dr Abdallahi Ould Nem

Contrairement  à  l’apparence  tapageuse  de  son  troisième  congrès  organisé  en  cette  fin  d’année,  Le  parti  Tawassoul     est  loin  d’être  le  perdreau  de  l’année.  Loin  s’en  faut.  Son  cheminement  politique ,  historique  et  présent,    révèleun  suivisme  aveugle   de  la  nébuleuse  islamiste  internationale   qui  l’a  conduit   dans  des  erreurs  structurelles,  des  défaillances,  des  revirements    opportunistes    dans  ses  positions.

Historiquement  d’abord, sa   farouche  campagne    menée   à  tambour  battant      en  2011    sous   le    nom   élogieux   de  « Printemps  arabe »  lui  a  été  politiquement   fatale,  en  raison  des  soubresauts, des  déceptions  et  des  déconvenues  que  ce  slogan    a  suscitées  dans  le  monde  arabe ;  une   véritable  catastrophe   qui  a   réveillé   les  vieux  démons  dormants  et    ressuscité  les  clivages  toujours  prégnants dont  les  dramatiques  conséquences  ont  déstabilisé  certains  pays, mis  en  ruine  d’ autres  ; à  tel  enseigne  que personne  ne  peut  prédire   aujourd’hui,  sept  ans  après  son  début,  la  fin  de  ce  chaos  destructeur. 

Une  campagne  qui  lui  a  été  surtout  fatale  en  Mauritanie, car  dans  un  pays,  comme  le  nôtre, dont  le  tissu  social  est   encore  fragile, où  les  identités  meurtrières  comme  la  tribu, la  région, l’ethnie,  sont  encore  vivaces, les  conséquences  d’une  telle  secousse  allaient  être,  ce  qu’à  Dieu  ne  plût, désastreuses  pour  notre  intégrité  territoriale  et  notre  unité  nationale. Et  il  a  fallu  toute  la  perspicacité   politique   et  l’intransigeance  du  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz  pour  contrecarrer  ce  courant  de  déstabilisation   savamment  menée  par  Tawassoul  et  ses  jumeaux  de  l’opposition   extrémiste.

L’erreur   infantile    de  Tawassoul   a     été de  considérer,  en  raison  de  son  suivisme  idéologique,   les  réalités  politiques, sociales  et  économiques  identiques    dans  tous  les  pays  arabes  en  2011.   Il  est  des  pays  qui  vivaient  une  sorte  de  vide  abyssal  dans  les  domaines  politiques  et  socio-économiques  et  qui  constituaient  par  conséquent  un  terrain  favorable  pour  les  soulèvements. Alors  que  d’autres,  comme  la  Mauritanie, la  situation   était  radicalement  différente.

La  Mauritanie  qui    a      commencé   sereinement,  en  2008,  trois  ans  avant   le  déclenchement   du  « printemps  arabe »,  ses  propres  changements  politiques  par  la   décision  éminemment  courageuse  et  noble  de  fermer  l’ambassade  de  l’état  sioniste ;  et  par    la  mise  en  œuvre  d’un  ambitieux  programme  politique  et  socio-économique    initié  par  le  président  Aziz,  et  qui  a  permis,  de  fil  en  aiguille,    une  véritable  révolution  copernicienne  dans  notre  pays.

Aujourd’hui  et  en  dépit   des  réalisations  irréfragables   obtenues  par  la  Mauritanie  dans  tous  les  domaines,    le  parti   Tawassoul  persévère  dans  sa  ligne  politique  nihiliste  et  dans  sa  conception  politique  utopique   qui  le  renferment    dans    les    errements   du  populisme   le  plus  plat.   Le  déni  des  réalités,  la  vindicte  à  la  petite  semaine,  la  parole  verbale,  les  slogans  creux,  le  refus  obstiné  du  dialogue  national  inclusif   sont     les  piliers   sur  lesquels  repose  sa  stratégie  politique  actuelle.

Mais   ils   ne  savent  pas,   par  étroitesse   d’esprit   et  par  suivisme  idéologique,  que   la  politique  est   une    pensée  et   des principes  que  les  citoyens  jugent,  non  pas   comme   une  aura  sacrée ou    des  promesses  fallacieuses   qui  ne  reposent  sur  rien,  mais  sur  des  actions  palpables  qui  améliorent  leur  situation  quotidienne.

                       Docteur   Abdallahi Ould   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur