L’écriture à la main en voie de disparition !

Depuis très longtemps, écrire est pour nous synonyme de tracer et dessiner à la main des caractères ou des signes composant un texte au moyen  d'un calame, d’une plume, d’un stylo, d’un crayon… sur des supports papier ou autres : parchemin, tablette en bois… 

C’est ainsi ce que l’on conçoit l’écriture manuscrite. Cette perception a changé. Il existe désormais, d’autres techniques de l’écriture qui font appelle à la machine.  Elles se développent et se propagent rapidement  au point de menacer l’écriture manuscrite avec tout cela comporte d’interrogations. Exemple avec le texte suivant :

 

"Que se passerait-il si on cessait d’apprendre à écrire à la main ?

L’idée d’abandonner l’apprentissage de l’écriture manuscrite au profit d’un apprentissage sur ordinateur mène souvent à de vifs débats. Des neuroscientifiques tentent d’évaluer les conséquences d’une telle décision sur le cerveau humain.

En 2013, les États-Unis ont pris une décision incroyable : rendre l’apprentissage de  non obligatoire à l’école reléguant cette dernière au rang de simple option. Alors que l’ordinateur est de plus en plus présent dans les classes, un apprentissage par clavier a été élaboré et sera en vigueur dans presque tous les états américains.

À l’époque, cela avait fait sursauter quelques spécialistes français, dont Jean-Luc Velay et Marieke Longchamp (CNRS) : « Quand l’œil lit, le cerveau écrit à la main. Lire, c’est écrire. »

D’autres estiment qu’il ne faut pas s’inquiéter, car les adultes de demain n’auront pas nécessairement besoin de former de belles lettres, mais simplement de savoir taper à l’ordinateur. Ainsi, il s’agirait d’une période de transition à laquelle le cerveau serait tout à fait capable de s’adapter.

Cependant, il est possible de douter d’une telle adaptation puisque l’apprentissage de l’écriture constitue un réseau complexe de neurones reliant les zones de la pensée et du langage avec celles gérant les mouvements de la main. Ainsi, ce n’est pas un hasard si le fait d’écrire devient automatique et aide également à la lecture.

Or, avec un clavier, on utilise les deux mains et la « motricité fine » n’est plus sollicitée puisqu’il s’agit de frapper des touches et non plus de tenter d’être précis. Pour Jean-Luc Velay, plus récemment interrogé par Science & Vie« cette modification dans l’apprentissage change des représentations mentales ou cérébrales de la langue, des aptitudes à la lecture, voire des aptitudes cognitives plus générales. »

Diverses études ont montré que l’apprentissage de l’écriture sur un clavier d’ordinateur avait un effet négatif sur certaines capacités lors de la lecture en ce qui concerne la reconnaissance des lettres. Ceci demanderait alors plus d’efforts et fatiguerait davantage. D’autres recherches font état d’une différence de perception d’un même texte sur papier et sur écran. Les personnes ayant appris à écrire par ordinateur intégreraient mieux l’aspect concret d’un texte, mais les enjeux abstraits seraient beaucoup moins bien perçus que les lecteurs sur papier."

 

Partager: 

Connexion utilisateur