Un acte sublime du président Aziz

Les  mauritaniens  à  l’unisson,  hommes  politiques  de  la  majorité   et  de  l’opposition, intellectuels  et  citoyens  ordinaires, ont  salué  l’acte  sublime  et   hautement  humain  du  président  Mohamed Ould Abdel Aziz  suite  au  regrettabledécès  de  l’ancien  chef  de  l’Etat,   colonel  Ely Ould Mohamed Vall. Une  reconnaissance  unanime  de  la  part  des  citoyens  mauritaniens   pour   un  geste   exceptionnel,   dans  un  moment  particulièrement  exceptionnel,   qui     confère  davantage    au  président  Aziz  une  immortalité    dans  la  mémoire  collective   du  peuple  mauritanien.

L’acte    est  en  effet   de  grande  portée   religieuse  et  humaine.  Il  est  aussi  de  grande  portée  politique.

Un  acte  d’une  grande  portée   religieuse   de  la  part  d’un  illustre     dirigeant   profondément   pieux pour  qui,  dans  un  tel  contexte  de  deuil, le  pardon  est  une  puissance   qui  libère  et  guérit ;   et  le ressentiment  est  toujours   un  obstacle  à  la  foi, aux  actions  vertueuses  que  recommandent  notre  système  de  valeurs.

Un  acte  d’une  grande  portée  humaine, car  comme  le  disait  Gandhi  « la  pratique  de  l’œil  pour  l’œil, dent  pour  dent  ne  produit  que  des  éborgnés  et  édentés ».  Bien  au  contraire,  le  Pardon  est  là   pour  pardonner  ce  qu’aucune  excuse  ne   saurait  excuser. Il  est  là,  dans  ces  moments  douloureux,   pour  effacer  le  passé  et  transcender  définitivement  les  relations  tendues  et  les  incompréhensions   contingentes   de  la  politique.

Il  est  enfin   un  acte  porteur   d’une    grande   signification  politique  pour  les  vivants ;   car  si   grandes  qu’aient  été  nos  divisions  politiques, il  est  des  moments  particuliers  où  nous  sommes  capables,  dans  un  élan  unitaire  de  dépassement,  de  recueillement  d’unir  nos  sentiments, de  dépasser  nos  divergences  et  nos  querelles   byzantines.  Ce  moment  historique  est  représenté   aujourd’hui  par  cette  vague  de  compassion  unanimement  suscitée  par  la  tragique  disparition  de  feu  Ely Ould Mohamed Vall,  un  ancien  chef  de  l’Etat,  une   personnalité  qui  a  servi  loyalement  le  pays,   un  Homme  d’une  stature  internationale. 

Puisse  cet  élan  d’union,  de  consensus  national  dépasser  les  trois  jours  de  deuil    et  servir  de  ressort  pour  une   nouvelle  dynamique  politique  d’entente  et  de  dialogue  pour  laquelle  le  président  Aziz  n’a   eu  cesse  de  préconiser  depuis  son  accession  à  la  magistrature  suprême  du  pays. Une  action  sans  ressentiment, ni  règlement  de  compte,  comme  il  vient  de  le  prouver. Car  les  hommes  passent  et  les  nécessités  nationales,  comme  les  grands  gestes,  demeurent. La mémoire des grands hommes aussi.

 

Docteur   Abdallahi Ould   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur