Messieurs Dahi et Gourmo, on ne peut pas être juge et partie !/ par Dr Abdellahi Ould Nem

A  défaut  d’arguments  politiques  mobilisateurs  et  d’un  poids  électoral  pesant, l’opposition  extrémiste  s’ingénue  vainement  à  trouver   d’autres   subterfuges   pour  contrecarrer  l’organisation  prochaine  du  référendum  constitutionnel.

Elle  a  d’abord  voulu   faire  comprendre  à  l’opinion  publique   mauritanienne   que  le  référendum  proposé   n’est  autre  que  le  ressort  d’une  opération  subtile  de  politique  politicienne  engagée  par  le  pouvoir.  Un  argument   rejeté  d’emblée  par  nos citoyens     dont  la   capacité  naturelle  et  la  maturité  politique leur permettent  de    discerner   clairement   la  pertinence  et  l’utilité  des  amendements  constitutionnels  proposés  pour  le  présent  et  l’avenir  du  pays.  Un  peuple   reconnaissant, qui adhère pleinement  à   la   proposition  émanant  d’un  Homme, le  président  Mohamed Ould Abdel  Aziz,  qu’il  estime  à  juste  raison  digne  de  foi,  pour  avoir    métamorphosé   la  Mauritanie  par  rapport  à  ce  qu’elle  fut ;   un  peuple   qui   s’ élève, et  se   glorifie  même, pour  cette  raison,  dans  les  succès  et  les  réalisations  qu’elle  enregistre  comme  aux  siens  propres.

Cette opposition dite radicale a  ensuite  fondé   tous  ses  espoirs  politiques  sur  une  prétendue  brouille  diplomatique  entre  la  Mauritanie  et  la  France. Les   déclarations  sans  ambages  du  ministre  français  des  affaires  étrangères  et  surtout  le  communiqué  de  L’Elysée  ont   eu   sur   cette  opposition  extrémiste l’effet  d’une  douche  écossaise : ils l’ont plongés dans  un  véritable   choc, confirmant  au  contraire  la  solidité  de  nos  relations  bilatérales  et  la  convergence  de  nos  points  de  vue  diplomatiques. Des relations diplomatiques fondées  sur  l’estime  réciproque  et  sur  une  volonté  commune  de  les  raffermir  davantage  dans  les  domaines  socio-économiques  et  culturels, mais  aussi  dans  le  domaine  particulièrement  sensible  de  la  lutte  contre  le  terrorisme  où l’approche de la Mauritanie  est citée comme modèle à l’échelle internationale.

Une opposition extrémiste  qui s’est trouvée enfin   aujourd’hui acculée   de  se  replier, faute  de  mieux, sur l’interprétation de  la  constitution en  vigueur  au  service  de  leurs  propres   humeurs politiques.

D’abord,  en  faisant  signer  une  pétition  par  certains  anciens  bâtonniers  de  l’ordre  des  avocats , qui  sont  du  reste  tous  membres  actifs  du  FNDU ;   l’effet  escompté   par  cette  pétition  n’a  pas  eu  lieu, car   pour  l’opinion  publique   on  ne  peut  pas  être  juge  et  partie  prenante.  Et  pour  la  même  raison, la  prestation  fournie  par  les  professeurs   Ould Dahi  et  Lo Gourmo   au  cours  de  la  récente  conférence  du  FNDU n’a  pas  été  non  plus  à  la  hauteur  des  attentes  de  leurs  mentors politiques, mais  aussi, et  surtout,  des  observateurs  de  la  scène  académique  et  politique.

Nul besoin d’être constitutionnaliste pour constater qu'il Ils  ont  fait  ce  que  tout  juriste  sérieux doit  obligatoirement  éviter :  un  amalgame, un   mélange  de  genres  entre   son   engagement  politique  propre   et   la  distance  imposée  par  son  honnêteté  intellectuelle que requiert son statut d'homme de loi. Il  s’en  est  suivi  des  arguments  juridiques   exténués,  non  convaincants  et  parfois  même  contradictoires.  Ils  ne  savent  pas  que mettre le  Droit  au  service  d’une  cause  politique  est  impossible  comme  le  mariage  entre  la  carpe  et  le  lapin.

Et  le  Droit s’en  est trouvé malheureusement dans  ce cas travesti  par  ceux  qui  ont  précisément  la  responsabilité  morale  et  professionnelle de  le  rendre  sublime, c’est - à - dire  de  le  laisser  au-dessus  des  breuvages  de  politique  politicienne.

 

Docteur   AbdallahiOuld   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur