Les visites du président Aziz, une culture de proximité administrative à instituer !

La  troisième  république  a  commencé  comme   il  se   doit   avec  une  forte volonté  de  changement  comme  l’attestent    les  visites- marathon  que  vient  d’effectuer  le  président  de  la  république, Mohamed  Ould  Abdel  Aziz, dans  les  neuf  Moughataas  de  Nouakchott.

  Une  volonté  de    changement  qui  s’inscrit, certes,  dans  la  continuité  de  l’œuvre  déjà  accomplie,  marquée  par  la  stabilité,  les  progrès  économiques  attestés, les  réformes  profondes  n’épargnant  aucun  secteur, qui  ont   projeté    la  Mauritanie   sur  les  fronts  baptismaux  d’une  modernisation   irrécusable.

Mais  une  volonté  de  changementincarnée   surtout   par   ses  visites  de   proximité  qui  bousculent  le  protocole   stéréotypé  et  ses  règles  rigides   pourévaluer, sans  complaisance  ni  fioriture,   la  qualité  des  prestations  des   services   publics ;écouter  de  vive  voix   les   doléances  directement   formulées   par  les  citoyens   et  leur  trouver  les  réponses  et  les  solutions  appropriées.

Des  citoyens  qui  n’ont  pas   caché, à  travers  les  accueils   populaires    spontanés,    leur  estime  et  leur  considération  pour  le   président   Mohamed  Ould  Abdel   Aziz  pour  avoir  placé  la  Mauritanie  sur  l’orbite  du  développement   socio-économique   en  luttant  efficacement  contre  la  pauvreté  et  la  précarité. Une  vision  claire  et  des  résultats  concrets  qui  lui  valent  en  permanence    le  sobriquet  affectueux  du  « Président  des  pauvres »,  toujours  attentif  aux  préoccupations  des  citoyens, toujours   animé   par  cette  quête  permanente  d’amélioration  de  leurs  conditions  de  vie.  Les  équipements  modernes  des  structures  de  santé  ,  l’état  satisfaisant  des  écoles  et  des  centres  de  l’état  civil,   que  nous  avons  remarqué  avec  satisfaction  dans  toutes  les  moughatas  de  Nouakchott,  illustrent  éloquemment  les  avancées  obtenues  dans  ces  trois  secteurs  sociaux  vitaux  pour  les  citoyens.

Il  va  sans  dire  que  plus  les  conditions  s’améliorent, plus  les  citoyens  sont  enclins  à  demander  davantage.  C’est  tout  simplement  la  nature  humaine  à  laquelle  aucun  peuple  n’ y  échappe. Ni  aucun  pays.

 C’est  pourquoi  le  sens  de  la  proximité   et  la  gouvernance  proche  des  citoyens  développés      par  le  président  de  la  république   au  cours  de  ces  visites   doivent  être  dorénavant  institués  en  règle  à  tous  les  échelons  de  notre  administration.  Surtout  que  les  quelques  manquements  constatés  ne  sont  pas  en  rapport  avec  des  moyens  matériels  non  disponibilisés,  mais   sont  liés  à    la  persistances  de  certaines  tares  qui   affectent  encore la  noble   mission  de  l’administration  d’une  manière  générale. 

Une  administration  qui  doit   sortir  de  sa  tour  d’ivoire,   se  départir  de  l’absentéisme,  de  la  recherche  effrénée   des  promotions ;  manifester  plus  d’ardeur  au  travail, plus  de  patriotisme  au  service  de  l’intérêt  national,  et  rendre  ses  services  plus  accessibles  aux  citoyens.

Une  administration  qui   ne  doit    plus  faire  preuve  de  procrastination  dans  le  règlement  des  doléances  formulées  par  les  citoyens. Le  devoir  exige  que  les  citoyens  trouvent,  dans  délais  raisonnables, des  réponses  claires  et  convaincantes  à  leurs  interrogations  et  à  leurs  plaintes. Tout  refus  doit  reposer  sur  un  fondement  juridique   clair : soit  que  la  demande  introduite  constitue  une  enfreinte  à  la  loi,  ou  que  le  citoyen  n’a  pas  rempli  toutes  les  formalités  requises.

C’est   par   cette  reconversion  des  mentalités  de  notre  administration  et  de  nos  citoyens   que  nous  pouvons  sereinement  forcer  l’allure  de   notre  troisième  république  dans  un  monde  en  pleine  mutation.

Telle  est  la  leçon  poignante  de     culture  de  proximité   administrative  que  vient  de  nous  administrer  le  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz  pour   renforcer  et  continuer  l’édification  d’un  Etat  mauritanien  plus  fort,  plus  juste     et  plus  équitable.

Docteur   Abdallahi   Ould   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur