Le nouveau drapeau national ou la « panthéonisation » de nos martyrs/ Dr Abdellahi Ould Nem

La  grandeur  d’un  peuple   se  mesure  à   sa  capacité  à  regarder  son  histoire, à  saluer  la  mémoire  de  ses  illustres  martyrs  et   se  rappeler  constamment   le  lien  ombilical   organique  qui   le  lie    à  eux.

Mais  cette  présence  des  martyrs  dans  la  mémoire  collective  des  vivants  reste  incomplète  et  timorée  si, seulement,  elle  se  résumerait  aux  lamentations  et  à  leur  évocation  occasionnelle,  quelle que  louable  soit-elle par  ailleurs, dans  les  manuels  scolaires  et  au  décours  de  manifestations  passagères. Nos  pensées   sont  pour  eux  les  seuls  chemins  du  jour.  La   marque  indélébile  d’une  reconnaissance  inaltérable. Eux  qui   nous  ont  appris   l’amour  de  la  patrie  et  le  sens    du  sacrifice  sublime  pour  sa  gloire  et  sa  grandeur, il  est  juste  et  digne   de  nous  qu’ils  soient  pieusement   accueillis   dans  notre  mémoire  collective.

 Car,  comme  tous   les  grands  évènements  historiques,   célébrer  nos  martyrs, ce  n’est  pas  seulement  en  évoquer  le  souvenir,  mais  c’est  surtout   pérenniser  leurs  actes  mémorables   et   méditer  les  valeurs  et  les  principes  qui  ont  motivé  les   grands  sacrifices  qu’ils  ont  consentis  au  service  de  la  nation.

Comment  peut-on  alors  mieux  pérenniser, plus  que  dans  le  drapeau  national,   leur  héroïsme, la  puissance  de  leur  souvenir, l’humble  fierté  de  leur  mémoire  et  le  refus  de   leur  oubli ? C’est  toute  la  signification  hautement   symbolique   des  deux  bandes  rouges  proposées  dans  le  nouveau  format  du  drapeau  national  soumis  au  référendum .

Un  message  évocateur  aussi  des  valeurs  et  des  principes  qui  ont  guidé  notre  peuple  dans  sa  lutte  pour  l’indépendance  et  qui  restent  une  source   d’inspiration  intarissable  dans  la  Mauritanie d’aujourd’hui .  Surtout  pour  nos  jeunes  générations, qui ont tendance, à l’instar  de  la  jeunesse  du  monde  actuel, à  habiter  dans  le  virtuel, à vivre dans un présent permanent  sans  aucun  lieu  organique   avec  l’histoire  du  pays.  Certes,  aucun  peuple  ne  peut  vivre  sur  son  passé,  mais  il  ne  peut  vivre   surtout  pas sans  son  passé.  Et  c’est  cette  interaction   organique   entre  le  passé, le  présent  et  le  futur  qui  permet  aux  peuples  d’ édifier  les  nations  sur  un  socle  durable,  gage  de   leur   solidité  et  de  leur  pérennité.  Du  passé,  ils  s’en  inspirent  pour  s’armer  et  affronter  sereinement  les  défis  du   temps   présent  et, partant,  assurer   leur  avenir   sous  de  meilleurs  auspices.

C’est  ce  précieux  legs  de  sacrifices, de  nobles  valeurs  et  de principes   élevés  au  service  de  la  patrie  que  nous  nous  devons  de  préserver  jalousement  comme  la  prunelle  de  nos  yeux.  Et  la  meilleure  façon  d’assurer cette  « panthéonisation »  de  nos  martyrs    est  de  voter  pour  le   nouveau  drapeau  national  proposé  au  référendum  du  15 juillet 2017.

Docteur   AbdallahiOuld   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur