Le Maroc se débat en dehors de l’Histoire et de la Géographie

Le Maroc se débat en dehors de l’Histoire et de la Géographie

Certains médias proches du palais marocain ne cessent depuis quelque temps de pointer la Mauritanie de leur petit doigt d’emprunt. Ils ouvrent leurs antennes à des analystes de service pour vendre à l’opinion internationale des thèses à relents velléitaires d’un autre âge. Le Maroc peut continuer à occuper les territoires sahraouis. Tout comme il peut bien réintégrer l’Union Africaine par la grande ou petite porte, y occuper une place de choix ou de seconde zone. Il peut en vouloir à l’Algérie. A la Mauritanie. Et à bien d’autres états indépendants, souverains et libres. L’envie est une maladie, c’est vrai, difficilement curable. Mais elle se soigne, se gère, sinon elle dégénère en folie et risque de devenir intraitable.

La dernière sortie de l’universitaire marocain, Menar Slimi,  sur l’antenne du  média très privé, MED1 tv, qui est à la fois- c’est une Lapalissade- l’oreille, l’œil et la langue du Roi et de bois, marque l’apparition d’un nouveau symptôme, qui inquiète sur une rechute sérieuse.

L’universitaire monarchiste en panne de crédibilité et de pertinence intellectuelle est revenu sur un débat dépassé, ici, en Mauritanie et ailleurs, en ergotant sur un accord entre notre pays et aqmi. C’est là une énième preuve que son instigateur opère, s’il opère encore, en dehors de l’époque, en dehors de l’Histoire, surtout, et bien en dehors de toutes les géographies. L’accord des autorités mauritaniennes avec aqmi est une rodomontade éculée. Les َAméricains, eux-mêmes, qui seraient à l’origine d’un présumé document trouvé dans la cache de Ben Laden évoquant une affaire de trêve entre notre pays et la nébuleuse terroriste, ne s’y sont, pourtant, pas attardés sur se crédibilité. Leurs experts en renseignement, interrogés sur la question, n’y ont perçu aucune forme de crédibilité. Et la réalité, cruelle  réalité,  qui a échappé à l’ignorance du Slimi du Roi que la période du faux accord a été une terreur pour aqmi dans le Sahel grâce aux attaques intempestives de l’armée mauritanienne.

L’outrecuidance du mercenaire de la langue de bois marocaine l’a même mené jusqu’à proférer une menace de guerre contre les villes de Lagouira et Nouadhibou. Oubliant, au passage, que l’insécurité sévit et gagne du terrain de l’autre côté de la frontière. Justement, sur les territoires qui sont censés être sous le contrôle de la monarchie qu’il s’évertue à défendre.

La Mauritanie n’est ni marocaine, ni algérienne, ni sahrouie. Elle est Mauritanie, ni plus, ni moins. C’est vrai, qu’elle est de plus en plus présente, dignement et fièrement, sur la scène internationale. C’est vrai, Présidente de l’Union  Africaine que certains peinent à y accéder. C’est vrai,  Présidente de la Ligue Arabe que d’aucuns se sont dégonflés à l’accueillir. C’est vrai, qu’elle entend désormais se prévaloir de sa souveraineté. Une souveraineté qui lui permit un jour de chasser la représentation diplomatique de l’Etat sioniste. Et c’est vrai que cela dérange certains.

Boubakar Hamidoune

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur