Le FN : une défaite cuisante, mais... prudence, prudence !

Résultats des régionales 2015 en France

Impensable il y a une semaine, la surprise a eu pourtant bien lieu il y a quelques heures. Le plus grand parti politique en termes d’électeurs, n’a gagné aucune des régions en jeu dans un scrutin qui se déroule dans un pays considéré comme un modèle de démocratie. Cela s’est produit en France.  Le Front national (FN), largement en tête dimanche dernier et favori pour le second tour, à l'annonce des résultats du premier tour des Régionales 2015, a perdu au profit de ses adversaires de la droite, le parti des «Les Républicains ». Le désistement de la gauche en faveur de ce dernier a été fatal à Marine Le Pen, à sa nièce Marion Maréchal-Le Pen, et à leurs amis politiques. Conséquences : le FN a fait une percée remarquable, mais la dualité classique dans le partage de la présidence des régions de France reste globalement inchangée. Mise à part la région de la Corse gagnée par les "nationalistes", ce sont les deux grands partis traditionnels de la droite et de la gauche qui se partagent les 12 régions restantes : 7 pour Les Républicains ( de la tradition gaulliste) et 5 pour les Socialistes.

A la lumière de ces résultats inédits, comment est ce qu'on peut prédire l'évolution du paysage politique en France et en Occident de façon générale ? Le FN et ses frères de l'extrême droite dans d'autres pays continueront-ils à grignoter des voix, à droite comme à gauche, à gagner en audience au sein des populations? Ou bien  l'échec du FN dans l'accession à la présidence des régions, constituera-t-il un coup d'arrêt pour sa progression au sein de l'opinion publique? Nous avons toutes les raisons de penser que les courants d'extrême droite ont encore de baux jours devant eux.  Le terrorisme, la crise de l'emploi, les méfaits de la mondialisation, la migration... leurs impacts immédiats en termes de peurs, d'incertitude... font autant de sources dont l'extrémisme  se nourrit. Des sources que personne ne voit aujourd'hui, ni quand, ni comment, elles vont se tarir.

El Boukhary Mohamed Mouemel

président du COTES ( Centre Oum Tounsi pour les Etudes Stratégiques)

 

Partager: 

Connexion utilisateur