Le 06 Aout 2008, une date mémorable !

Dans  un  monde  en  mutation  accélérée,  les  peuples  ont  tendance  à  vivre  dans  un   présent   permanent  où  la  mémoire  historique    s’absente,  elle  qui  assure  l’interaction  organique ,   toujours  nécessaire ,  entre  le  passé,  le  présent  et  l’avenir ;  elle  qui  pérennise   les  grands  évènements   dans  la  conscience  collective  des  peuples.  Or   un  peuple  ne  peut  atteindre  toute  sa  plénitude  morale  et  civique   si   les   grands  évènements   qui  ont  marqué  son  histoire  ne  sont  pas  commémorés.   La  date  du  06  Aout  2008   constitue  à  cet  égard   une  date  mémorable  qui  ne  saurait  passée  inaperçue.

En  effet,   le  pays  était  chloroformé , anesthésié  et   bloqué  dans  l’indécision  des  choix  et  des  responsabilités  nationales  non  assumés.   le  présent  suscitait  beaucoup  d’angoisses,  l’avenir  faisait  peur ,  et  le  pays   arpentait  une  pente  savonneuse  qui  le  menait  inexorablement  à  l’abime.  C’est  dans  ce  contexte  dramatique, qui  rappelait  à  s’y  méprendre  les  « situations  extrêmes »  évoquées  par  le  philosophe  Alain,  que  le  mouvement  du  06  Aout  2008  est  venu  sauver la  Mauritanie    de  « la  sortie  de  l’histoire »   en   retrouvant la  voie   du   salut   pour  se  renouveler,  changer  de  système  et  de  classe  dirigeante.

Une  voie   nouvelle   où    s’affirme   aujourd’hui    et   clairement   une  volonté  nationale, où  s’expriment  une  morale   et  une  attitude  d’esprit   politiques  qui  ont  permis  l’émergence  d’un  Etat   moderne.

Une  volonté  nationale  pour  que  la  Mauritanie  tienne  son  rang ,  qu’elle  ait une  souveraineté  qui  ne  peut  être  asservie,  ni  alignée,  ni  intégrée.  Une  volonté   qui  impose  à  tous  les   citoyens   des  institutions  évolutives  aptes  à  soutenir  un  Etat  ferme  et  intransigeant,   démocratique,  responsable  du  bien  public,  égalitaire.  Une  volonté  nationale  qui  a  permis  d’assurer  une  diplomatie  rénovée  et  une  défense  dont  la  conception  comme  le  commandement  dépendent  exclusivement  de  l’autorité  nationale ;  une  défense  au  service  de  notre  souveraineté  et  de  la  lutte  implacable   contre  le  terrorisme  sous  toutes  ses  formes.

Ce  rang,  cette  souveraineté,   ne  sont  pas  seulement  nécessaires  pour  la  préservation  et  le  soutien  des  intérêts  mauritaniens  dans  un  monde  dont  la  compétition  est  la  dure  loi.  Ils  sont  une  condition  de  l’unité,  donc  du  bonheur  des  Mauritaniens ;  car  ceux-ci,  quel que soit l’importance  qu’ils  attachent  aux  préoccupations  matérielles,  sont  tentés  de  se  déchirer,  comme  tous  les  peuples,  dès  qu’ils  ne  sont  pas  unis  par  une  grande  idée  de  leur  patrie.

Le  mouvement  du  06  Aout  est  venu  aussi    exprimer  une  morale  politique,   une  façon  de  gouverner  avec  une  idée  claire  du  rôle  dévolu  à  l’Etat  et  à  la  société.  Une  façon  de  gouverner   qui  refuse  les  conformismes   et  la  prétendue  fatalité,   qui   donne    la  priorité  à  des  milliers  de  Mauritaniens,  ferment  de  notre  peuple,  qui,  plusieurs  décennies  durant,  par  le  travail  et  le  sacrifice,  ont  façonné  l’histoire  de  la  Mauritanie,  sans    avoir  accès  à  la  distribution  horizontale  des  fruits  de  la  croissance. Une  façon  de  gouverner  qui   cadenasse   la  voie    aux   dérapages  et  à  la  gabegie, qui verrouille  les  réfractions  des  fruits  de  la  croissance,   et   qui  canalise  en  conséquence   tous  les  moyens  de  l’Etat  au  service  du  développement  économique, social  et  culturel  du  pays.

Mais   comme   tous  les   grands    événements   historiques    qui  ont   déconstruit  un  ordre     social   inégalitaire  bien  ancré  et  opéré  une  véritable  révolution  copernicienne  dans  la  gestion  de  la  chose  publique,  cette  nouvelle   vision  de  la  Mauritanie,  autant  elle  suscite  acclamation  et  soutien   sans  réserve  de  la  part  du  principal   bénéficiaire,  le  peuple  mauritanien  dans  sa  majorité  écrasante,  autant  elle  dérange   les  intérêts  matériels   particuliers   et  la  posture  jusqu’ici  privilégiée   d’une  poignée  de  citoyens.  Les  premiers  l’acclament  et   la  défendent,  les  seconds  la  fustigent  et  la  combattent. Et  plus  les   retombées  sur  la  majorité  écrasante   du  peuple  sont   importantes   comme  aujourd’hui, plus  la  réaction  de  cette  minorité   désaxée  devient   un  combat  d’arrière-garde,  de  survie   où  tous  les  moyens  même  les  plus  perfides   sont  utilisés.

C’est  pourquoi,  nous  assistons  aujourd’hui   à   l’agitation  frileuse   de  cette   infime  minorité  composée    de  groupes  bien  connus    pour  qui une  Mauritanie  unie,  égalitaire,  démocratique,  émancipée  et  souveraine n’a  jamais  été  dans  l’échelle  de   leurs  priorités   politiques.  Une   petite  minorité     pour  qui   la  diffamation   et   le  déni  des  réalités,  la  recherche  effrénée  du  profit  personnel   sont  leur  façon   malheureuse  de  penser,  de  réagir,  de  s’exprimer  et  de  faire  la  politique.  Une   minorité   en  pleine  convulsion aujourd’hui  et  dont  le  seul  objectif  politique   se  résume   à  la  déstabilisation   par   tous   les  moyens du  système savamment  mis  en  place   depuis  2008  :  campagne  médiatique  extérieure  et  intérieure  visant  à  flétrir  le  régime  et  écorner   l’image  du  pays,  financement  des   troubles  intérieurs,  incitation   à  la  division  ethnique, tentative  de  blocage  de  la   dynamique   publique  engagée.

Mais    toutes  leurs   tentatives   de  déstabilisation   et   de   complot    seront   combattus   sans  ménagement,  car  dans  une  démocratie   comme  la  nôtre,  il  faut  absolument  concilier   les  exigences   qu’impose  le  droit   réel  des   libertés  individuelles  et  collectives  avec  la  nécessité   de  sauvegarder  l’autorité   et   la   puissance  de  l’Etat.  Elles  resteront   également   vaines,   parce  que   les  Mauritaniens,  pétris  de  bon  sens  et  de  culture  politique, font  la  différence   entre  les  discours   creux    et  les  réalisations    irréfragables    qui  ont  métamorphosé  la  Mauritanie  et   amélioré  de  manière  substantielle   leurs  conditions   de  vie   sous  la    présidence  de   Mohamed  Ould  Abdel  Aziz .  Et   les  grands  accueils  réservés  au  président  de  la  république   au  cours  de  la  campagne  référendaire   ainsi  que   le  score  sans  appel  obtenu  au  scrutin    sont  l’illustration  la  plus  accomplie  de  l’attachement    indéfectible   du  peuple  mauritanien   au  système   mis  en  place   depuis    la   mémorable  date  du  06  Aout  2008.

 

Docteur   AbdallahiOuld   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur