La presse mauritanienne : la liberté est bien là, l’argent beaucoup moins !

La presse mauritanienne : la liberté est bien là, l’argent beaucoup moins !

Dans un papier intitulé, « La Mauritanie à 3 points seulement de la France dans le classement de RSF », notre confrère Md O Md Lemine souligne que la liberté de la presse en Mauritanie a fait des progrès impressionnants sous le régime du Président Aziz. Reprenant et commentant des chiffres fournis par Reporters sans frontières (RSF) dans son dernier rapport annuel, son raisonnement repose sur des faits irréfutables. En outre, il ajoute que « les médias indépendants mauritaniens viennent de bénéficier, même si l’on parle parfois d’opacité, d’exclusion et d’inégalité, de soutiens octroyés dans le cadre du fonds d’aide publique à la presse privée ».

Il est vrai cependant que ce soutien, bien que réel, est loin de répondre à tous les besoins financiers de la presse. Autrement dit : celle-ci baigne dans l’opulence en termes de liberté mais pas en termes d’argent. Et j'imagine que ce paradoxe a le mérite parfois de créer des liens entre lecteurs et vendeurs de journaux au point d'alimenter leurs causeries amicales quand ils se retrouvent en groupe chez le marchand des journaux.

Toujours dans la rue, devant son kiosque installé en plein air à même le sol, ce dernier trouvera ainsi l'occasion de débattre et d'échanger avec ses clients. Une façon pour lui de les fidéliser. Mais eux, l'entendront-ils vraiment de cette oreille?

El  Boukhary Mohamed Mouemel

---------------------------------------------------------------------------------

Ci-après, le texte de Md O Md Lemine:

« La Mauritanie à 3 points seulement de la France dans le classement de RSF affirme l’UPR

Reporters sans frontières (RSF) classe la Mauritanie à l’honorable 48ème place sur 180 pays en termes des droits de la liberté de la presse dans son rapport de 2016.  La Mauritanie est à 3 points seulement de la France ; le pays modèle cité dans le monde en matière de démocratie et de liberté de presse.

L’Union Pour la République (UPR), le parti au pouvoir  n’a pas raté l’occasion pour mettre, même tardivement,  en exergue cette ascension fulgurante de la Mauritanie, dans le domaine de la liberté de presse sous le Président fondateur Mohamed Ould Abdel Aziz, à telle enseigne que notre pays talonne de très près l’Hexagone, malgré une démocratie encore très jeune, qui n’a pas encore fait son premier quart de siècle ;  si l’on fait abstraction des années 90, caractérisées par une démocratie de façade, voire qualifiés par certains observateurs de règne d’exception.

De 2010 à 2016, la Mauritanie est passée de la 100e à la 48e place, soit un bon annuel de 10 places par an (2011, 2012, 2013, 2014, 2015).

Dans ce même classement, la Tunisie, l'Algérie et le Maroc occupent respectivement les 96e, 129e  et 131e places.

Au Sud du Sahara, le Sénégal  est classé 65e alors que le Mali  vient loin derrière, atterrir à la 122e.

Non loin de ces avancées notoires, les médias indépendants mauritaniens viennent de bénéficier, même si l’on parle parfois d’opacité, d’exclusion et d’inégalité, de soutiens octroyés dans le cadre du fonds d’aide publique à la presse privée.

 

Voir classement

https://rsf.org/fr/classement

Md O Md Lemine

mdhademine@yahoo.fr"

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur