La guerre, c’est une bonne chose !

Un dessin me plait toujours. Il révèle une météo vraiment contrastée : une pluie de bombes s'abattait sur Gaza, alors que dans le reste du monde, notamment en Europe, les gens jouissaient du soleil, de beaux nuages et de pluie.

Il date de 2014, où son auteur l'a fait, parait-il,  à l'époque pour dénoncer l’opération militaire iIsraélienne ‘’ Bordure protectrice », dénommée en hebru : מִבְצָע צוּק אֵיתָן, Mivtza' Tzuk Eitan, littéralement « Opération Roc inébranlable ».

A cause de cette différence dramatique qu'elle fait entre les gens, la guerre est vraiment détestable. On doit reconnaître cependant qu’elle n’a pas que des inconvénients : les militaires y gagnent, en avancement, en grades, en distinctions… Mais il n'y a pas que les militaires seulement qui en tirent profit  !

En plus des hommes sous le drapeau, ce sont surtout, les industriels d’armement  et les politiques qui en récoltent les plus gros avantages. Les premiers y gagnent énormément d’argent en vendant leurs produits. Les seconds s’en servent pour détourner le regard de l’opinion des questions qui « fâchent ». Elle leur offre une occasion pour faire oublier momentanément les problèmes et défis économiques et sociaux auxquels ils sont incapables de donner des réponses.

Dans ce cas, les hauts décideurs la choisissent comme une stratégie d'évitement, comme on dit dans le jargon militaire.

C'est vrai que la mise en œuvre des armes de guerre fait des morts, des victimes, beaucoup de dégâts... mais d'un autre côté, elle permet aussi de sauver des mandats, des élections... même si elle les fait perdre parfois ! Reconnaissons au moins à la guerre cet avantage. Même s'il est trop coûteux, et qu’il n’est pas toujours assuré, on peut toujours courir derière. 

Nouakchott, février 2015
El Boukhary Mohamed Mouemel

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur