La folie politique de Birame Ould Abeid

La  réaction  de  Birame Ould Abeid  aux  propos  tenus  par  le  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz  à  Tichitt  et  relatifs  aux  séquelles  de  l’esclavage   en  Mauritanie   laisse  transparaitre  sans   aucun  effort  de  sagacité  l’état  de  folie  politique  dans  laquelle   l’homme  se  trouve  aujourd’hui.

Une  folie   confirmée    parl’emportement  et   la  passion  maladive  de  sa  réaction, l’abaissement  affligeant   de  ses  propos,  la  délation,   les  attaques  grossières  mal  étayées  contre  le  président  de  la  république  et  le  déni  patent  des  résultats  obtenus  dans  la  voie  de  l’éradication  des  séquelles  de  l’esclavage  en  Mauritanie.

 Des  séquelles  de  l’esclavage  qui  ne  peuvent  être  éradiquées     par  les  grouillements  mal  propres  en  entonnant  les  vieux  refrains  des  rancunes  enregistrées  sur  un  disque  rayé  en  vinyle. Ni  par  la  parole  verbale. Ni  par  le  ressentiment. Ni  par  leur  instrumentalisation  pour  des  fins  personnelles. Ni  par  l’inféodation  à  des  milieux  extérieurs.

C’est  ce  que  les  fondateurs   historiques  de  l’IRA, le  premier  vice-président, le  responsable  aux  relations  extérieures, le  représentant  au  Canada  et  bien  d’autres   cadres  et   militants,  ont  vite  compris. Et  le  masque  de  Birame  est  tombé  après  leurs  témoignages  massus  portant  sur   le  détournement  de  l’agenda  initial  de  l’IRA ;    et  son  remplacement  par  des  relations  compromettantes   avec  des  milieux  extérieurs  hostiles  visant  la  déstabilisation  de  la  Mauritanie  pour  laquelle  ils  ne  ménagent  aucun  effort  financier,  politique  et  médiatique  pour  y  aboutir.

Dans  ce  contexte   politique  peu  enviable, Birame  se  trouve  aujourd’hui  isolé  et  désaxé  comme  un  bateau  ivre     à  l’intérieur  du  pays.  Les  Mauritaniens,  toute  appartenance  sociale  confondue,  sont  suffisamment édifiés    sur  sa  véritable  nature,   son  passé,  ses  réelles  motivations   et   celles   des  autres  pseudo-politiciens  du  même  acabit  qui  sont  aveuglés  par  leur  haine, par  leurs  sentiments  les  plus  rances  et  par  leurs  petits  intérêts  égoïstes ; lovés  dans  leur  extrémisme  radical,  ils  refusent,  méprisent  ou  ignorent  la  réalité  objective.  Une  réalité  pourtant   d’une  clarté  adamantine,  d’une  vérité  particulière  qui  ne  peut  être  occultée,   ni  altérée.

Peut-on  en  effet  occulter  les  mesures   concrètes   prises  sans  tapage  pour  éradiquer  ce  phénomène  que   tous  les  régimes  politiques  qui  se  sont  succédé  dans  le  pays,  depuis  la  colonisation  jusqu’en  2008,  n’ont  traité  que  par  le  badigeonnage  par  le  chloroforme ?  Seul  le  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz  a  mis  en  œuvre  avec  fermeté  les  mesures  juridiques,  institutionnelles, politiques,  socio-économiques  pour  son  éradication  dans  le  cadre  de  l’édification  d’un  Etat  moderne,  fort,   démocratique, social,  distributeur  des  fruits  de  la  croissance  entre  toutes  les  couches  sociales  du  pays. Les  résultats  de  cette  stratégie  sont  aujourd’hui  perceptibles.  Surtout   au  niveau   des  couches  sociales  les  plus  démunies.   Elles  ont  assené  un  coup  mortel  à  la  campagne  menée  par  les  extrémistes  à  l’intérieur.

Et  il  ne  reste  plus  à  ces  extrémistes  que  la  calomnie  et  le  mensonge  soutenus,  financés  et  encadrés    par   certains  cénacles   extérieurs  en  mal  d’angélisme   et  de  notoriété  intellectuelle. Mais  la  calomnie   et  les  campagnes   dans  les  tours  d’ivoire  à  l’extérieur   ne  sont    que  cautère  sur  jambe  de  bois.   Seule  compte  la  position  du  peuple  mauritanien  aujourd’hui    fortement mobilisé  derrière  le  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz  pour  l’éradication  complète  des  séquelles  de  l’esclavage  dans  une  Mauritanie  unie,  démocratique  et  prospère.

 

Docteur   Abdallahi Ould   Nem

 

 

 

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur