La commémoration des festivités du 28 Novembre à Kaédi, un acte hautement symbolique !

La  commémoration    cette  année   de  notre  fête  nationale  à  Kaédi  est  porteuse  de  plusieurs  significations  qui  résonnent  au  plus  profond  de   la   conscience  collective  du  peuple  mauritanien.

 Elle  renvoied’abord   à  cet  évènement  historique :   la  prière  de  «  l’absent »   organisée  le  25  Mars  2009   à  Kaédi .   Une  initiativehistorique  du  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz   pour  cautériser  définitivement   les  blessures  profondes  de  notre  mémoire   collective   engendrées  par  les  douloureux  évènements  de  1989.  

 Car,  si  cruels  et  si  regrettables  qu’ aient  été  ces  évènements,  et  ils  l’ont  été  malheureusement,  la  solution    n’est  nullement  la  fuite  en  avant , c’est  à  dire   la  persistance  des  déchirures  de  notre  tissu  social  qui  affectaient    gravement   notre  unité  nationale, l’âme  de  notre  peuple ;  une  solution  que   préconisaient,  et  continuent  de  le  faire,  les  extrémistes  pour  assouvir  leurs  intérêts  purement  égoïstes  à  travers l’instrumentalisation  de  ce  dossier.

Bien  au  contraire,trouver  une  solution  à  cet  épineux  problème  était  une  tâche  urgente,  une  nécessité  impérieuse,  une  obligation  morale,  pour  préserver  l’unité  du  pays  et  nos  valeurs  savamment  tissées  à  travers  des  siècles  et  qui  fondent  la  singularité  de  la  Mauritanie;  et  l’unique   voie   est  celle  qu’à  emprunter   le  président  Aziz,   celle    du   Pardon  et   de   la   tolérance   tels  qu’édictés   par  notre   Sainte  religion,  l’Islam. 

Et   les  mesures   d’accompagnement    ont  été  mises  en  œuvre  sans  coup  férirpour  solder  définitivement  ce  dossier  dit  « passif  humanitaire » :    lerapatriement   des  réfugiés de  concert  avec  les  organismes   spécialisés  des  Nations  Unies  et  leur  insertion  dans  la  vie  active ;    la  compensation   pour  les  veuves  et  les  ayant  droit  ainsi  qu’aux  anciens  militaires  et     aux agents  des  forces  de  l’ordre ;    la  réintégration  des  anciens  fonctionnaires ;  la  régularisation  de  leurs  pièces  d’état  civil.

Par  ces  mesures , la  Mauritanie   a    définitivement     enterré   dans    la  « poubelle  de  son  histoire » cette  page  sombre  de  son  histoire  contemporaine  dans  la  sagesse  et  la  concorde  nationale ;   pour   retrouveraujourd’hui     toute  la   plénitude     de    sa  vitalité  culturelle  féconde   et  sa  cohésion  nationale  dans  l’unité  et  la  diversité.

Nous  avons  retrouvé,  comme  aux  grands   moments   de  notre   riche  histoire,  ce  désir  ardent    à  vivre  ensemble  qui  inspire  nos  actions  communes,  cette  capacité  inouïe  à  nous  réunir  sur  l’essentiel, ce  rejet  total  de  toutes  les  formes   d’appartenance  exclusiviste   et  des  particularismes  identitaires  qui  sont étroits  par  essence, diviseurs  et  sectaires,  antinomiques  des  valeurs  républicaines  et   de  l’édification  d’un  Etat  moderne  aujourd’hui  bien  affirmée.

Et  à  ce  titre,  la  ville  de  Kaédi    est   aujourd’hui   un  symbole  de  cette  unité  nationale  retrouvée ,  mais  aussi   une  composante   dynamique   de  cette  Mauritanie  métamorphosée  par  les  réalisations  multidimensionnelles  qu’elle  a  connues  depuis  2008.

Son  tissu  social    en  fait   l’image  vivante    de   cette  Mauritanie  fière  de  sa  diversité  culturelle  assumée ,  fidèle  au  principe  sacro-saint   de  notre  unité  nationale,   profondément   ancrée   dans  ses  valeurs   communes  qui  fondent  sa  singularité.

Une  ville,  à  l’instar  de  tout  le  pays,  qui  palpite  des  réalisations  socio-économiques   d’une  clarté  adamantine :   le  développement  de  l’agriculture  irriguée,   l’ extension   et   la  réhabilitation  de  la  voie  urbaine  de  Kaédi,    la  route  Kaédi-Maghama  en  voie  de  réalisation  avancée,   la  construction  du  centre  hospitalier  de  Kaédi  d’une  capacité  de  150  lits  et  son  équipement  moderne,  la  construction  d’une  école  normale  d’instituteurs  et  d’autres  écoles,   l’extension  du  réseau  électrique  et  de  l’approvisionnement    en  eau .  Mais  aussi  des  retombées  importantes   sur  la  ville  et  la  wilaya  du  projet  de  Aftout Charghi  à  partir  du  barrage   de  Foum Legleita.

Des  réalisations que  les  habitants  de  Kaédi   apprécient   à  leur  juste  valeur.Car,  ils  en  sont  les  témoins   oculaires  et  les    réels  bénéficiaires ; ils   s’en  glorifient  comme  leurs  biens  propres ;  Ils  en  sont  aussi  les  défenseurs  irréductibles   contre  l’idiome  politique  rance  véhiculé  par  une  petite  poignée  d’extrémistes  qui  instrumentalisent  notre  diversité  culturelle  pour  des  intérêts  égoïstes.Et  la  commémoration  de  notre  fête  nationale  à  Kaédi   dans  la   communion   et   l’unité    est  précisément  un  message  fort   adressé    pour  les  extrémistes  de  tout  acabit.

Docteur   Abdallahi Ould   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur