L'an "un" (1) de notre mouvement Ganbannaxu fedde « des droits civiques » !

Nous avons créé ce mouvement le 05 octobre 2016 dans le but de conscientiser notre communauté et par extension toutes les communautés où la hiérarchisation est de mise, le repère ou le timon, que cette classification entre les hommes, des femmes frôlant la chosification ne peut être qu'un frein pour une société qui se voudrait dynamique et fraternelle! Les assignations coutumières empêchent les épanouissements, empêchent le développement humain, rongent la fraternité, sème inimitié entre et au sein d'une même communauté de destin .Nous avons dit par le passé que Ganbanaaxu Fedde ne rumine point la revanche et la haine ! Ce que veut Gabanaaxu fedde, Allah le veut ; et c'est attesté par le coran et la sunna, je le clame sans prétention ni assurance insolente.

Là dessus la lumière a été faite à travers nos discours, les conférences de nos Cheikh. Dans nos sociétés, nous nous sommes classifiés, en nobles et en esclaves. Et, de nos jours, certains veulent trouver des parades maladroites pour maintenir ce système de classification que nous appelons assignations coutumières! Ce que veut la communauté de Ganbanaaxun Fedde est une fraternité, nous voulons tous être pareils sans paternalisme ni condescendance ! Reléguer certains ou les mettre hors des centres des gestions des communautés villageoises au nom des patronymes est une faute morale, une mauvaise appréciation qui ne peut résister à une remise en cause par Ganbanaaxun Fedde !

A examiner de près le système de castes soninké, on y verra quelques points de ramifications avec le système de castes indiens où les occupations, sinon, les assignations sont de père en fils ! Beaucoup de portes fermées devant les personnes d'extraction serviles dans les sociétés soninke , peulh , maures.. pour ne citer que cela comme devant LES GENS CASTES en Inde où le refus des assignations peuvent être tragiques ! Cependant, pas de fatalité, nous atteindrons notre but avec élégance et détermination, malgré les provocations, les calomnies d'un certain milieu qui se veut héraut de la féodalité soninke !

Ces derniers temps le refus des assignations a été ponctué par les représailles aux colorations de chantage foncier ; Les villages de FEGUI et de SEGALA au MALI, où certains membres de la communauté Ganbanaaxu ont été menacés d'expropriation en cas de refus de leur statut d'esclave, à Diogountouro dans le Guidimakha mauritanien, à DAFORT avec le vieux SILIMAN DIARRA , à Bouanze pour ne citer que ceux là . Des terres exploitées depuis un demi siècle, sont sur le point d'être expropriées pour laver l'affront des descendants qui refusent leur statut donc leur assignation séculaire de sous homme comme on dit en soninké "FON LEME"(un petit ou une petite chose).

En effet, nous savons que les adversaires de GANBANAAXU ne tarissent pas en calomnies, en délations, en dénigrement. Mais à tout cela nous opposons notre constance dans nos principes, dans nos convictions, c'est la meilleure posture en un mot : notre détermination ! Une pensée à tous ceux qui subissent des violences, des brimades, des harcèlements, des humiliations, des chantages dans la quête de leur liberté, de leur dignité à travers le monde!
Ganbanaaxu, pour une fraternelle réelle et vraie sans fard !

TRAORE GAYE, Président de armepes, initiateur de Ganbanaaxun Fedde.

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur