L’association Sherpa de Bourdon et la fondation Bouamatou: qui se ressemblent s’assemblent !

L’ imposture  et   l’absence  d’éthique  professionnelle   de  Maitre  William  Bourdon   sont  apparues  au  grand  jour   avec  la  publication  par  Pascal  Ceaux,  du  journal   français  le  Dimanche,d’un  article  intitulé  « Mauritanie : l’association  Sherpa  impliquée  dans  une  étrange  affaire ».  Un  article  qui  révèle  au  grand  public une  masse  d’informations   compromettantes  sur  les   activités   nébuleuses  de   l’association  Sherpa,   puisées  au  niveau  de  la  justice  mauritanienne.

  Sherpa,  faut-il  le  rappeler,  est  une  association floue  montée   de  toutes  pièces par  l’avocat  William  Bourdon  qui, à  défaut  d’une  carrière  professionnelle   réussie   parmi   ses  siens  dans  l’hexagone,  s’est  trouvé un  autre  créneau  plus  lucratif  en  s’autoproclamant  « le  défenseur  des  droits  de  l’homme  et  de  lutte  contre  la  corruption » . Peu  importe   pour  lui  les  précautions  d’ordre  déontologique  et  professionnel,  son  seul  souci  dans   cette  abyssale   mission,  ce   n’est  pas  les  motivations  grandiloquentes   de  lutte  contre  le  bien  mal  acquis   dont  il  s’affuble,   mais  le  contenu  de  son  portefeuille,  les  retombées  matérielles engrangées  malhonnêtement  par  la  diffamation  et  le  dénigrement  sans  aucune  preuve. Et  comme  ceux   qui  se  ressemblent  s’assemblent, Sherpa   de  William  Bourdon   est  aujourd’hui  essentiellement  financée    par  la  fantomatique  «  fondation  pour  l’égalité  des  chances  en  Afrique »    créée   par  Bouamatou ,   un  homme  d’affaires    dont  les  biens  fabuleux  acquis  en  Mauritanie  sont    tout  sauf  de  l’argent  propre ,  bien  acquis! 

C’est  cette  proximité    matérielle avec  Bouamatou ou,  pour  mieux  dire,  cette   inféodation  pure  et  simple,    qui  expliquerait les  cabales  médiatiques   diffamatoires   de  Sherpa   pour  ternir  l’image  de  marque  de  la  Mauritanie  et    flétrir   celle  du  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz. La  coquille  vide    publiée  en  2013  et  reprise  en  2017    sous  le  titre  pompeux  « de  corruption  en  Mauritanie »  illustre  on  ne  peut  mieux  cette  proximité.   Tous  les  faits   dont  il  est  question  dans  cette  gesticulation  médiatique  de  basse  facture  sont  bâtis  sur  le  faux  et  le  mensonge  qui  ridiculisent   son  auteur,  parce  que  à  mille  lieues  de  la  véritéet   de   la  réalité  concrète vécue  par  les  mauritaniens.

 Mais  quand   la  seule  motivation,  comme  le  prouve   amplement  le  mail  de  réclamation   envoyé  à  Bouamatou  pour  paiement  du  service  fait  par  Sherpa,   est  purement  matérielle,  le   masque   de  principes  nobles  est  définitivement   ôté    par   l’article  de  Pascal  Ceaux  du  Journal  du  Dimanche  et  par  les  informations  fournies  par  la  justice  mauritanienne. Et  ce  ne  sont   pas  des  plumitifs   du  Calame,  de  Mondafrique, de  Mauriweb  et  de  Cridem qui    pourront   servir   de  brosse  à  reluire   pour   l’image  définitivement  ternie  de  William  Bourdon  et  de  son  association  Sherpa.

Docteur   Abdallahi Ould   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur