L’année 2018, une échéance cruciale pour la Mauritanie

Définitivement  sortie  des  champs  de  ruine  et  de  désespoir  dans  lesquels  elle  était  engluée  en  2008,  la  Mauritanie    a   su  mettre , dans  un   temps  d’incertitude,  d’ébranlement  et  de  décentrement   du  monde  par  la  crise  économique,  ses  atouts,  ses  richesses  et  ses  potentialités   au  service  de  son  développement  socio-économique. Un    constat  qui  ressort   sans  aucun  effort  de  sagacité  du  bilan  élogieux   de  l’action  gouvernementale    chargée  d’exécuter  le  programme  électoral  du  président  de  la  république,  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz.

 Un  programme  présidentiel  qui  a  lancé  une  dynamique de   développement  inclusif  et  harmonieux,   qui  a  permis  à  la  Mauritanie  de  retrouver  son  rang  non  seulement  en  tant  que  nation   bien   ancrée  dans  son  histoire  féconde, mais  comme  une  souveraineté  qui  ne  peut  être  asservie, ni  alignée, ni  intégrée ;  qui  lui  a  permis   de    raffermir   son  rôle  géostratégique, sa   sécurité  et    sa  stabilité ; de  bâtir  un    Etat   moderne,   fort,  démocratique,  juste  et  distributeur   des  richesses  nationales  entre  les  différentes  composantes  du  tissu  social, en  particulier  pour   les  citoyens  qui  n’avaient  aucun  droit, aucune  considération,  aucun  égard, ou  peu  s’en  faut.

Mais  en  cette  année  2018, échéance   cruciale  par  ses  enjeux  électoraux,  la  Mauritanie  ne  doit  pas  seulement  conserver  ce  rang  et   préserver  ces  acquis  importants.  Elle  doit  faire  plus :  élargir  le  segment  de  ces  réalisations  et  se  préparer  surtout  aux  échéances  législatives, municipales  et  régionales  dont  les  résultats  sont  l’antichambre  pour  les  élections  présidentielles  de  2019.

A  cet  égard,  le  renouveau,  la  redynamisation  de  l’Union  pour  la  république,  le  parti  fondé   par  le  président  Aziz,  est  une  priorité   impérieuse. Car  aucun  système  politique  n’est  concevable  sans  une  aile  politique  qui  est   à  la  fois  son  socle électoral  et  son  porte-voix.  Plus  qu’une  machine  administrative  dont  le  seul  rôle   se  réduit  à   la  désignation      des  candidats  pour  les  postes  électifs, l’UPR, porteur  d’un  grand  projet  de  société,   doit   jouer  pleinement  la  mission politique  qui  lui  échoit. Une  mission  qui  consiste  en  une  occupation  rationnelle  et  permanente  de  la  scène  politique  qui  a,  comme  la  nature,  horreur  du  vide.

Une  occupation   qui  doit  se  traduire   par  la  vulgarisation  et  la  popularisation   encore  plus  accrues   et  plus  soutenues   des  réalisations  enregistrées   dans  tous  les  domaines   par  le  pays  sous  la  direction  du  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz ;  par    la  diffusion   d’un  discours  politique  qui    renforce  notre  unité  nationale     et    notre  vivre  ensemble       contre celui  véhiculé    par  les  particularismes  diviseurs  pour  lesquels  la  Mauritanie  est  une  juxtaposition  d’ethnies  et  de  tribus  disparates ; par  la  lutte  implacable  contre  le  discours  religieux  extrémiste  et  le  terrorisme.

Une  mission  aussi  exaltante  dans  une  année  aussi  cruciale  pour  la  Mauritanie  requiert  la  conjonction  des  efforts   et  le  changement  des  mentalités  de  tous  les  soutiens  du  président  Aziz.  Elle  requiert  en  premier  lieu  une  parfaite  symbiose  entre  l’Union  pour  la  république et  son  gouvernement ,  le  dépassement    des    querelles  intestines   et  des  ambitions  personnelles  que  rien  ne  peut  justifier.  Tel  doit  être  notre  but  sublime,  notre  unique  crédo,  notre  seule  allégeance,  qui  vaillent  pour  l’année  2018.

Docteur   Abdallahi Ould   Nem

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur