Des propos diffamatoires tenus à l’encontre de la Mauritanie : réaction forte du gouvernement sénégalais, et mutisme de l’opposition radicale mauritanienne

Des propos diffamatoires tenus à l’encontre de la Mauritanie : réaction forte du gouvernement sénégalais, et mutisme de l’opposition radicale mauritanienne

Il y a quatre jours, Mauriactu avait publié une réaction forte du Dr Abdellahi Ould Nem, écrite sous le titre : «Un intellectuel sénégalais appelle à une guerre civile en Mauritanie ! ». L’auteur y exprimait sa grande indignation et sa condamnation ferme des propos tenus sur la chaîne de télévision privée sénégalaise 2STV par le  présentateur Alioune  N’diaye et surtout par son principal invité, Mr Mamadou Sy Tounkara. Ce dernier taxait la Mauritanie « d’esclavagiste », de « raciste », de « régime des beïdanes » et de tous les termes dénigrants qui lui passent par la tête. Il est allé jusqu’à appeler son interlocuteur mauritanien et l’opposition mauritanienne en général à prendre les armes pour faire changer le régime politique.

Réalisant la gravité d’un tel discours haineux, le gouvernement sénégalais n’a pas tardé à réagir vivement et officiellement sous la plume de Mr Seydou GUÈYE, Ministre Porte parole du gouvernement.  Dans la déclaration suivante, il déclare que « le Gouvernement du Sénégal exprime sa vive indignation, sa totale désapprobation, et condamne avec la plus grande fermeté les contrevérités qui ont été dites et ces manquements graves, qu’il ne saurait tolérer encore moins cautionner ». 

Et le ministre Seydou Gueye va plus loin en annonçant que  « le Gouvernement a saisi le CNRA, afin de prononcer sans délai les sanctions prévues face à ces manquements graves ».

Par rapport à cette réaction, on ne peut plus claire, les amis et partisans du régime mauritanien ne cachent pas leur satisfaction. J’avoue qu’il y a de quoi pour eux à être fier de la diplomatie préconisée par leurs dirigeants actuellement.

En effet, mise en parallèle avec les derniers événements - dont la médiation réussie de leur président dans la crise gambienne et la réponse du royaume marocain à la mauvaise sortie médiatique du secrétaire général du parti al Istiqlal, la déclaration du gouvernement sénégalais pourrait être interprétée comme témoin de la pertinence de la ligne suivie par le régime en matière de politique étrangère.

Les ennemis du Président Aziz et de son régime, eux, par contre, ne semblent pas trop s’occuper de cette question. On dirait que la réaction sénégalaise les a pris de court ou qu’ils sont dépassés par les événements. Dans un cas, comme dans l’autre, ils feraient mieux de changer de lunettes afin d’être attentifs et de percevoir les succès de leurs adversaires avec qui ils doivent composer non pas en ennemi vulgaire mais en concurrent digne de respect et en partenaire politique incontournable.

Se recroqueviller sur soi-même, ne voir que du mal partout dans tout ce que fait le régime… sont des attitudes irrespectueuses et contre productives. Elles relèvent d’une myopie politique que notre opposition dite « radicale »  a trop expérimentée. Il est temps que les tenants de cette ligne « dure » cèdent la barre à des dirigeants différents qui ont une vision politique susceptible d'aider à mener le navire, qu’est la Mauritanie, à bon port.

El Boukhary Mohamed Mouemel

-------------------------------------------------------------------------------

Déclaration de Ministre sénégalais Seydou GUÈYE dans son intégralité :  

Vendredi 20 janvier 2017, dans l’émission "Le Grand Rendez-vous", diffusée sur la chaîne de télévision 2STV, l’un des intervenants a tenu des propos diffamatoires, violents, séditieux, encourageant la lutte armée des noirs en Mauritanie, contre le Gouvernement et le peuple frère de Mauritanie. 
  
Le Gouvernement du Sénégal exprime sa vive indignation, sa totale désapprobation, et condamne avec la plus grande fermeté les contrevérités qui ont été dites et ces manquements graves, qu’il ne saurait tolérer encore moins cautionner. 
  
En vertu des dispositions des articles 17, 26 à 29 de la loi 2006-04 du 04 janvier 2006 portant création du Conseil National de Régulation de l'Audiovisuel (CNRA), et des articles 31 à 33 et 36 de la loi 96-04 du 22 février 1996 relative aux organes de communication sociale et aux professions de journaliste et de technicien, le Gouvernement a saisi le CNRA, afin de prononcer sans délai les sanctions prévues face à ces manquements graves. 
  
Le Gouvernement du Sénégal voudrait rappeler à l'ensemble des organes de communication sociale et aux professionnels de l'information, la nécessaire réserve à observer sur les questions de coopération internationale, surtout quand il s’agit des rapports entre le Sénégal et les pays voisins, avec lesquels nous entretenons d’excellentes relations diplomatiques et de bon voisinage. 
  
Le Gouvernement du Sénégal réaffirme son attachement aux principes de souveraineté des Etats, aux valeurs de paix, de concorde nationale, et condamne tout acte ou apologie de violence dans le règlement des différends. 
  
Enfin, le Gouvernement du Sénégal réitère son engagement indéfectible à traduire en actes concrets, la volonté commune des Chefs d’Etat, son Excellence, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz et son Excellence, Monsieur Macky SALL, de renforcer les relations de coopération, de bon voisinage, et de densifier les échanges à tous les niveaux, entre les deux pays, au bénéfice des peuples frères unis par des liens historiques très forts. 
  
Dakar, le 27 janvier 2017, 
Le Ministre Porte parole du Gouvernement 
Seydou GUÈYE

category: 

Partager: 

Connexion utilisateur