Après la Cop 21 de Paris : la Cop 22 de Marrakech

Dans son discours, lu à sa place par son frère le Prince Moulay Rachid à la conférence de la Cop 22 qui se tient actuellement au Bourget, le roi Mohamed 6 a rappelé la candidature de son pays pour accueillir la 22ème conférence des parties ( Cop 22) à la Convention sur les changements climatiques en 2016.

Il y a un an déjà, l’Assemblée Générale de la 20ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP20) a en effet approuvé, à Lima, au Pérou, la candidature du Maroc à l’organisation de la COP 22, en 2016 à Marrakech.

Il faut dire que le royaume chérifien a de bons arguments à faire valoir. Il possède les infrastructures et le savoir faire requis pour organiser une telle manifestation. Pour rappel, le royaume avait déjà accueilli en 2001 la 7ème Conférence des Parties à la Convention sur les Changements Climatiques (COP7) à Marrakech.

S’agissant de la politique écologique proprement dite,  le Maroc ne cache pas ses ambitions ni sa fierté du fait des résultats obtenus.

Selon le classement des « performances des politiques climatiques » établi chaque année par Climate Action Network, le Maroc est arrivé au 9e rang mondial en 2015 et au 1er rang parmi les pays en développement. Son programme ambitieux de développement des énergies renouvelables et la réduction des subventions accordées aux carburants fossiles expliquent ce satisfecit.

Dans le cadre de l’effort global de la Communauté internationale, le Maroc développe une stratégie évolutive, à travers une série de réformes constitutionnelles, législatives, institutionnelles et règlementaires. La Charte de l’Environnement, le Plan Maroc Vert, le Plan d’Investissement Vert, l’interdiction des OGM et la récente loi sur les déchets plastiques, en sont d’expression.

« C’est ainsi que l’objectif de 42 % qui avait été fixé en 2014 pour la part des énergies renouvelables, dans la réponse à apporter aux besoins du royaume besoins en 2020, a récemment été porté à 52 % à l’horizon 2030 », selon le Mohamed 6.
 

Partager: 

Connexion utilisateur